domingo, 18 de março de 2012

António Leitão (1960-2012)

2 comentários:

  1. Ça me fait bien plaisir que vous mettiez ici un athlète, un super athlète.
    Étrange et rare cette maladie qui l'a emporté.
    Bonne soirée Hélder, hors du train, train quotidien.

    ResponderEliminar
  2. Inexorablement,
    la vie,
    c’est une
    course de fond,
    en dehors de
    sa distance —
    courte/longue,
    le plus souvent
    à la merci
    (parfois
    à l’épreuve) de
    la maladie —
    par rapport à
    la mort
    (où tout chemin mène).

    Pour distraire
    les douleurs auxquelles
    on ne peut se soustraire,
    il faut prendre
    le train 11
    en marche
    avant —
    y
    (pro)seguir su
    (trans)curso
    a
    buen tren,
    Colo...

    ResponderEliminar